Christine Gabrielle, directrice artistique

Cette page est encore en construction, elle sera améliorée peu à peu, notamment en ce qui concerne son déroulement, qui pourra vous paraître un peu fastidieux…

Mais avec un peu de patience, en déroulant la page, vous trouverez ma biographie en plusieurs langues, quelques critiques de concerts, une galerie de photos, quelques extraits YouTube et une présentation de ma méthode de luth et du CD Corinna (cliquer sur les vignettes pour en améliorer la lisibilité).

Il s’y trouve aussi un formulaire de contact.

A venir : partitions, traductions de méthodes anciennes de luth, liens, amélioration de la page (vos suggestions sont bienvenues).

Bio en français

Luthiste issue de la Schola Cantorum Basiliensis en 1979, soprano-1er prix de virtuosité de chant à Lausanne en 1994, certifiée en gestion de projets culturels et musicaux par la HEM de Genève en 2017, enseignante de luth et de musique de chambre au CPMDT et à la HEM pendant de nombreuses années, polyglotte (allemand, suisse allemand, anglais, espagnol, italien, néerlandais ainsi que notions de brésilien et de russe) Christine Gabrielle a développé sa carrière dans les domaines divers que sont le récital en solo, la participation à divers ensembles vocaux et instrumentaux (musique ancienne, musique contemporaine) ainsi qu’à des enregistrements de disques, l’organisation de concerts et l’enseignement de la musique.

Elle a notamment été la responsable artistique du disque Le Psautier de Genève (Cascavelle, 1986), réédité récemment et a participé à de nombreux enregistrements (dont « Corinna » en solo) et projets de musique d’ensemble (Huelgas, Glosas, Hesperion XX, etc.)

Membre fondatrice du Centre de Musique ancienne de Genève, elle est actuellement présidente et directrice artistique de l’ACMA, (Association des Concerts de Musique Ancienne) pour laquelle, outre la création des festivals Luths et Théorbes, Soirs d’Automne et Les Dimanches de l’ACMA, elle a réalisé les festivals suivants :  L’art du luth (1996), Voix de Femmes (1997), Flûtes alors (1999) et L’art de l’archet (2001) organisés en collaboration avec les Ateliers d’ethnomusicologie, Rencontres Luths et Guitares (2000) en collaboration avec Contrechamps, ainsi que d’autres concerts au Musée d’art et d’histoire ou aux Salons à Genève.

En tant qu’interprète, elle se produit principalement dans des récitals où elle interprète les répertoires des 16ème et 17ème siècles en s’accompagnant elle-même au luth, à la vihuela ou au théorbe ou en trio avec Anton Birula et Anna Kowalska et dirige l’ensemble Fantaisie qu’elle a créé et avec lequel elle explore les répertoires anglais et italiens de la Renaissance et du début du Baroque.

En tant que pédagogue, elle a enseigné le luth et la musique d’ensemble au CPMDT (Conservatoire populaire de musique, Danse et Théâtre) et à la HEM (Haute Ecole de Musique) pendant de nombreuses années et a édité (Ed. Fantaisie) un « vademecum » destiné à guider les premiers pas d’un apprenti-luthiste.

Bio en allemand

Christine Gabrielle hat Laute an der Schola Cantorum Basiliensis bei Eugen Dombois und Hopkinson Smith studiert. In Lausanne studierte sie zudem in der Klasse von Marie-Thérèse Mercanton Gesang und bestand ihr Diplom mit Auszeichnung.

Die Karriere als Solistin und als Begleitmusikerin (u.a. bei Huelgas, Hesperion XX, Clément Janequin, Isabelle d´Este u.a.) hat sie schon in zahlreiche europäische Länder geführt.

Als Solistin auf Laute, Theorbe und romantischer Gitarre zählen zu ihrem Repertoire Werke von Cl. Monteverdi, G. Caccine, J.Dowland, H.Purcell, M. Lambert, F. Carulli, M. Giuliani oder F. Sor.

Großes Geschick hat Christine Gabrielle auch in der Initiierung und Durchführung von Festivals bewiesen; so das Festival „Die Kunst der Laute“ (1996) und das „Festival der Lauten und Theorben“ (2002), an dem u.a. Hopkinson Smith, Rolf Lislevand, Monica Pustilnik, Matthias Spaeter teilnahmen. Dieses Festival findet wieder am 5./6. Mai 2006 in Genf statt.

Christine Gabrielle ist auf zahlreichen wichtigen CD-Einspielungen zu hören, u.a. mit dem Ensemble „Huelgas“ („Favolo di Orfeo“) und Hesperion XX („Ratsmusik“: William Brade).

Ihre aktuelle Solo-CD trägt den Titel „Corinna“ und präsentiert Werke des 17. Jahrhunderts (Solostücke für die Laute sowie begleiteter Gesang) als europäische « tour d’ horizon ». Dowland, Kapsberger, Cutting, Ballard, Adriaenssen, Vallet, Robinson, um nur einige Namen zu nennen.

Christine Gabrielle unterrichtet Laute und Gesang zur Laute am « Centre de musique ancienne » in Genf.

Bio en anglais

Christine Gabrielle has more than one string to her bow. Indeed, she joins the practice of singing (1er Prix de Virtuosité at the Conservatoire de Lausanne in Switzerland) to the practice of early plucked instruments like the lute, the theorbo and the vihuela, which she studied at the Schola Cantorum Basiliensis in Basel in the classes of Eugen Dombois and Hopkinson Smith.

She is a founding member of the Centre de musique ancienne in Geneva, where she has been teaching lute playing and singing.

As a performer, she gives many solo recitals (playing and singing baroque and renaissance songs accompanied by herself on the lute, vihuela or theorbo) and conducts the Ensemble Fantaisie, dedicated to the interpretation of Italian and English music of the early 17th century.

She is the artistic director of the early music festival « Luths et Théorbes » which she founded in 2002. The many concerts organized over the past years have provided a showcase in Geneva for lute players and early music ensembles from all over the world, increasing thus its international renown.

Bio en néerlandais

Christine Gabrielle, luitspeelster (luitiste) en de sopraan, studeerde luit aan de Schola Cantorum Basiliensis in Bazel bij Eugen Dombois en Hopkinson Smith, en vervolgde haar sopraanstudie aan het Conservatoire de Musique van Lausanne, waarbij ze bij afronding een eerste prijs voor virtuositeit verwierf.

Als luitiste, trad ze jarenlang op als soliste en begeleidster en werd ze voor optredens gevraagd in vele Europese landen.

Als sopraan soliste trad ze vele jaren op met een zeer uiteenlopend repertoire, zoals de vertolking van W.A.Mozart (airs de concerts), Franz Schubert (Mis in sol majeur), Luciano Berio (Coro), Hector Berlioz (Zomernachten), Steve Reich (Dessert muziek), Balthazar van Beaujoyeulx (Komisch ballet van Reyne uit de 16e eeuw), Heinrich Schütz (Symphoniae Sacrae, 17e eeuw), Antonin Dvorak (Mis in rè majeur) of Iannis Xenakis (Nachten).

Sinds enkele jaren heeft ze zich toegelegd op zangkunst waarbij ze zichzelf begeleidt op verschillende instrumenten zoals de luit, de théorbe (een bastokkelinstrument uit de familie van de luit) of de romantische gitaar. Ze vertolkt op die manier werken uit de 16e eeuw (Sandrin, Verdelot, Attaingnant), de 17e eeuw (Monteverdi, Caccini, Dowland, Purcell, Lambert) en de 19e eeuw (Carulli, Giuliani, Sor, Schubert).

Christine Gabriele heeft meegewerkt aan projecten voor verschillende studio opnames, onder meer, met de ensembles Huelgas onder leiding van Paul Van Nevel, (Favola di Orfeo), Hesperion XX, met als dirigent Jordi Savall (William Brade) of Elyma, met de dirigent Gabriel Garrido (Komisch Ballet van Reyne).

Zij werd, met name gevraagd, om het project van de studio opnames voor reformatiemuziek ter gelegenheid van de driehonderdjarige herdenking van de Reformatie in 1986, tot een goed einde te brengen. Deze opnames (Cascavelle), die de ensembles Clement Janequin, Les Elément s en enkele collega’s van het Centrum van oude muziek (CMA) van Geneve bijeen bracht, werd onlangs opnieuw uitgebracht bij de opening, in juni 2005, van het Museum van de Reformatie in Geneve.

De laatste CD die ze uitbracht is getiteld „Corinna“. Hierop vertolkt ze zowel solowerken voor luit alsmede composities voor zangstem en luit uit haar europees 17e eeuws repertoire.

Christine Gabriele is docent voor zang, en voor het repertoire zang met luit aan het Centrum van Oude Muziek van het Conservatoire supérieur de musique van Geneve. Daarnaast is ze docent luit aan het Décannat des Instruments Anciens du Conservatoire populaire de musique de Genève.

Als verantwoordelijke voor de producties van ACMA (Association des Concerts de musique ancienne te Genève), heeft zij talrijke evenementen en concerten gerealiseerd, waaronder het optreden van artiesten met internationale faam zoals, onder meer de ensembles Mosaïques, Concertino Köln, Doulce Mémoire en Alla Francesca, Chiara Banchini, Arpeggiata, Jordi en Montserrat Savall.

In samenwerking met de Ateliers d’Ethnomusicologie (ADEM), heeft zij de volgende festivals tot stand gebracht:  L’Art du luth (1996), Voix de femmes (1997), Flûtes alors! (1999), L’Art de l’archet (2001) en, in samenwerking met Contrechamps, de Rencontres Luths et Guitares (2000) evenals andere concerten in het Musée d’art et d’histoire, in het Theater Les Salons of in verschillende concertzalen in Genève.  In 2002, heeft zij het festival „Luths en Théorbes“ opgezet, waarbij grote luitisten van eigen bodem en van elders waren uitgenodigd: Hopkinson Smith, Rolf Lislevand, Monica Pustilnik, Matthias Spaeter enz.  Het festival heeft ook in 2004 en 2006 plaatsgevonden en zal ook in mei 2008 doorgang vinden..

QUELQUES CRITIQUES

 

2012

Self-accompanying on the lute is a good trick if you can pull it off, and Christine Gabrielle, on her solo CD Corinna, luth et chant does it very well. This disc presents 15 pieces from the height of the Golden Age of the renaissance lute, including 5 songs: Dowland’s ‘Can she excuse’ and ‘Flow my tears’, Rosseter’s ‘Shall I come if I swim’, Caccini’s ‘Se voi lagrime’ and Luzzaschi’s ‘Aura soave’. The solo tracks consist of one piece each by Dowland, Vallet, Mertel, Adriaenssen, Kapsberger, Ballard, plus Molinaro’s ‘Ballo detto il Conde Orlando’, Howett’s famous fantasy from the Varietie of Lute Lessons and Thomas Robinson’s ‘Robin is to the greenwood gone’. This self-published disc may have been intended as a demo or concert souvenir disc; it is 45 minutes in length with only brief liner notes and no publication details, but there is nothing else to distinguish it from a commercial release: the performances are impressive throughout. Christine Gabrielle plays very musically and with complete assurance, and gets a particularly lovely tone at the treble end of her 14-course Maurice Ottiger archlute. As for the singing, she has most attractive voice, clear and trained, with perhaps a hint of fragility; and she executes the roulades in the Caccini and Luzzaschi pieces effortlessly. While she is not a native English speaker, her diction in the English songs is excellent and one can hear every word. Perhaps the acoustic in which the recording was made is a little over-resonant, and the placing of the microphones was not quite to my personal taste, but nonetheless this is a most impressive and enjoyable performance of some core repertoire which we all love. Chris Goodwin, English Lute Society, 2012

 

2010

Luthiste chantant ou chanteur s’accompagnant au luth, la pratique est parfaitement historique et le duo sonne de façon idéale! Encore plus dans le cas de Christine Gabrielle, où la voix, légère et rythmique rejoint le luth, et où le luth, présent et vocal, soutient parfaitement la voix.

Frescobaldi ouvre le concert et l’on découvre la voix de Christine, naturelle, modulée, libre, aux aigus très purs, et une basse continue au luth variée, inventive, alternant ritournelles, accords efficaces et fins arpèges.

Dans les pièces pour luth solo (Fancy de Dowland, Fantaisies de da Milano, Phalèse, Leroy), on reconnaît bien sûr l’influence de Hopy dans la qualité du son et l’élégance du phrasé….

L’Italie revient avec des Frescobaldi et des Caccini expressifs, libres et bien ornés, joliment accompagnés par un luth sonore et contrasté, puis avec un air très original de Barbara Strozzi, particulièrement théâtral et déclamatoire, à l’accompagnement encore plus concertant.

Christine est tout aussi à l’aise avec le répertoire anglais (là aussi, prononciation parfaite), bien articulé, bien rythmique et tout en finesse ; après de chaleureux applaudissements, c’est d’ailleurs avec un bis anglais que s’achèvera le concert : le fameux Music for a while de Purcell, dont l’interprétation chant et luths réunis surpasse tout ce que vous aurez pu entendre auparavant… Pascale Boquet, Le Joueur de luth, juin 2010, concert du 27 mars 2010

 

2006

Außergewöhnliches Festival-Finale (Deutsche Lautengesellschaft)

Lieder aus Italien und England sowie Treffen Bachs mit Frankreich krönen Lauten-Treffen, Füssen 2006 (kb).

Ein außergewöhnliches Finale erlebten die Besucher des internationalen Festivals der Laute in der Sonntagsmatinee im Fürstensaal. Christine Gabrielle und Joel Frederikson, zwei sehr renommierte Künstler, ließen im Zusammenklang mit der Laute noch einmal die Zeit der Renaissance mit Liedern aus Italien und England lebendig werden. Einen krönenden Schlusspunkt setzte das Trio „La luth enchantee » mit seinem Programm « Frankreich und Bach: Verbindendes und Trennendes ».

„Orphee et Corinne », so war der Beitrag des Duos Christine Gabrielle und Joel Frederikson überschrieben. Die beiden Titel „Orpheus I am » (Robert Johnssn) und « When to her lute Corinna sings » (Thomas Campion) standen sicher Pate bei der Bezeichnung des Konzertes. Die Kunst des Orpheus und der Korinna von Tanagra sollte wohl Ausdruck finden. Zwei internationale Profis zeigten ihre ungewöhnliche Ausdruckskraft sowohl bei der Wiedergabe der stimmungsvollen Renaissancelieder, die hauptsächlich vom Liebesleid künden, als auch ihre virtuose Kunst beim begleitenden Lautenspiel. Der warme, gut timbrierte Bass überzeugte mit sanften, betörenden Passagen, mit lockeren Koloraturen und  mit sattem Volumen in den Tiefen. So gelang es ihm das herrliche Kunstlied « Come again » von John Dowland voll auszuloten. Empfindsam und deklamatorisch zeigte er sich beim Stück „O mia cieca e dura sorte ». Christine Gabrielle mit ihrem abgerundeten, dunkel gefärbten, gut gestützten Mezzosopran brachte die subtile Melancholie bei « Se voi lagrime » von Giulio Caccini voll zum Tragen. Einen besonderen Genuss bereiteten die beiden sehr gut aufeinander abgestimmten Künstler mit den Gesängen von John Dowland « I saw my lady weep » und « Flow my tears ». Imponierend und stilecht war stets die Begleitung mit der Laute, wodurch die oft notwendige Mehrstimmigkeit in besonderem Maße gegeben war. Auch nach der Zugabe « Pleasures of love » von Henry Purcell war es schwer, sich von den beiden Künstlern zu trennen.

 

2006

Then we could listen to Joel Frederikson (lute, archlute and basso) and Christine Gabrielle (viola da mano, archlute and soprano). If you have ever tried to accompany yourself singing a Dowland song (I would just do it in the shower though) you possibly get a feeling for the difficulty of their performance which was overwhelming, It was the first time I listened to Dowland songs sung by Soprano AND Basso – why is this not done more often? Apart from the « english repertoire » (Dowland, Campion and the likes) the performed italian music from the early beginnings up to Caccini). Both have marvelous voices and their playing is flawless. Thomas Schall, Internationales Lautenfestival, Füssen, 19-21 mai 2006

 

2006

Ein absolutes High-light!!! Michael Treder Internationales Lautenfestival, Füssen, 19-21 mai 2006 à propos du duo Joel Frederiksen et Christine Gabrielle.

 

2006

« (…) Le dimanche s’ouvrit sur un concert de Christine Gabrielle (soprano, viola da mano et archiluth- professeur bien connue au CMA de Genève) et Joel Frederiksen (basse, luth et archiluth), dans un programme d’airs de Dowland et de Campion chantés dessus et basse, ainsi que d’airs italiens du 16è à Caccini. Les deux artistes jouent et chantent en même temps, et il faut saluer au passage cette performance, car elle n’est pas à la portée de tout le monde! »
Le Joueur de Luth, Bulletin de la Société Française de Luth, septembre 2006

 

2006

Das Konzert-Programm des Vormittags lud ein, sich von einem außergewöhnlichen Angebot musikalisch verwöhnen lassen. Christine und Joel Frederiksen beide für sich schon als Solisten international renommiert, haben zusammen das Programm „Orpheus und Corinna“ entwickelt. Es erklangen bekannte aber auch weniger bekannte Lieder der Renaissance aus Italien (u.a. Da Milano, Frescobaldi, Caccini) und England (Dowland, Campion, Johnson), meisterlich begleitet auf der Laute. Der wundervolle voluminöse und ausdrucksstarke Bass von Joel Fredriksen klang weder in den Tiefen noch den Höhen an irgendeiner Stelle auch nur im Ansatz gequält. Die samtweiche und klare Stimme von Christine Gabrielle stand dem in keiner Hinsicht nach. Technisch brillant und ein akustischer Genuss die Duette auf den Lauten und im begleiteten Gesang!

 

2002

(…) Christine Gabrielle sait phraser, raconter musicalement avec infiniment de finesse, de justesse… Ste-Croix, 18 janvier 2002

 

2002

(…) Christine Gabrielle a fait montre d’une grande musicalité tant dans les accompagnements du quatuor, au luth, que lors de ses solos où la qualité poétique et la souplesse de sa voix ont captivé les auditeurs… La Côte, 23 janvier 2002

 

2000

(…) L’apparition d’une luthiste en robe rouge entre les murs blancs de la salle a fait l’effet d’un baume. Puis sur son jeu clair comme une source, la voix. Devant ce simple moment de grâce imprévue, tous les autres s’effacent. Ajouté à la fragilité du geste et du répertoire, il relègue l’agitation extérieure à des années-lumière.

C’est ici qu’on saisit mieux ce que le classique requiert aussi d’intimité. Ce qu’il représente à la fois comme protection et comme ressourcement. Christine Gabrielle et ses airs de la Renaissance italienne ont remis, le temps d’un soupir, le silence et le rayonnement au coeur du débat, laissant loin derrière les démonstrations techniques et les grands-messes. A voix basse, au creux de l’oreille, elle a fait résonner les secrets échos des vibrations enfouies. Ainsi rasséréné, l’auditeur pouvait reprendre sa route sans souci de se perdre dans l’avalanche sonore qui l’attendait dehors(…) La Tribune de Genève, 19 juin 2000

 

1997

Intimiste et délicat le concert, nombreux et ravi le public, important et rare l’événement : Christine Gabrielle a conquis le public (…) lors d’un récital de chant et de luth (…) Il flottait des larmes de plaisir… Le Quotidien Jurassien, janvier 1997

 

1996

(…) la luthiste Christine Gabrielle proposait des pages de Caccini, Dowland et leurs contemporains, présentant l’instrument dans sa plénitude polyphonique. Chantant elle-même d’une voix claire et fluide, elle illustrait avec souplesse son rôle d’accompagnateur aux harmonies chatoyantes. Didier Godel, Journal de Genève, mai 1996, Festival ADEM-ACMA L’art du luth Orient-Occident)

 

1996

(…) concert d’une rare qualité… jouées comme elles doivent l’être, ces pages ont une force, une éloquence incroyable (…) la voix de l’interprète se compare à celles, excellentes, qui ont la faveur dans le foisonnement des festivals. Son interprétation du récitatif Lettera Amorosa de Monteverdi a emporté la faveur, par la qualité du grain de voix, le geste, le regard, une présence libre quoique disciplinée. Le Quotidien Jurassien, octobre 1996

 

1994

(…) on se régalera des quatre pages de Holborne jouées au luth solo avec beaucoup de raffinements, successivement par Christine Gabrielle et Shizuko Noiri. (La revue Diapason à propos de I Volti della Melanconia avec l’ensemble Isabella d’Este)

 

1988

Luth aux chandelles

Un décor modeste mais festif pour cet épisode théâtral : des centaines de chandelles faisaient valoir toute la pourpre et le noir de deux admirables costumes renaissants (réalisés par Marina Harrington, costumière-décoratrice au Grand-Théâtre). Quelques pas mesurés mais chargés d’intention nous ont permis de courir l’Europe avec Eugène Green (de Fontainebleau à Genève. de Ferrare à Venise), tandis que Christine Frantzen (professeur de luth au CMA de Genève), d’une beauté souveraine accentuait majestueusement, ou commentait tendrement, les propos de son poète par des pavanes ou des fantaisies de Dalza et Attaingnant.

Le luth instrument désuet ? Rêveuses tentatives farouchement dévouées au conservatisme ? Non, chaleureuse retrouvailles entre ce qui ne devrait pas pouvoir vivre l’une sans l’autre : poésie et musique. Si tant est que l’on puisse jamais y goûter séparément. Marie-Laure Tristram, Tribune de Genève, samedi 3 mai 1988

 

Un de ses derniers concerts (St. Petersbourg, 27 juin 2019, Petite Salle de la Philharmonie, Ensemble « Rêveries » avec Anna Kowalska, Anton et Alisa Birula, http://www.luteduo.com/)

Désirez-vous acquérir la méthode de luth ? Would you like to buy the method ?

Désirez-vous acquérir le CD Corinna ? Would you like to buy the CD ?

Ecrivez-moi en mentionnant « Méthode de luth » ou « CD Corinna », je vous expliquerai comment procéder au paiement. Write to me, I’ll answer you explaining how to proceed.

CHF 20.- + frais de port

13 + 12 =